Frankreich 1939-1940

1939

Fin de la guerre d'Espagne. Einstein et sa femme Lyda regagnent la France par Port Bou, fin janvier, avec les derniers volontaires étrangers, mais sont séparés par suite d'une intervention aérienne italienne. Einstein est interné dans le camp d'Argelès, mais peut rapidement regagner Paris où Kahnweiler le revoit le 15 février. Le 16 février paraît dans Match la photo très connue d'Einstein en officier, à la terrasse d'un café de Perpignan, illustrant un reportage sur les réfugiés de la guerre d'Espagne. Kahnweiler et les Leiris viennent en aide à Einstein et à sa femme qui sont sans moyens. Einstein se remet à écrire.

1940

Carl Einstein est interné dans un camp près de Bordeaux (vraisemblablement celui de Bassens)

Einstein est arrêté en application des mesures prises par le Gouvernement français concernant les Allemands vivant en France. Carl Einstein est interné dans un camp près de Bordeaux (vraisemblablement celui de Bassens). Libéré en raison de son âge vraisemblablement, mais déprimé, il fait une tentative de suicide près de Mont de Marsan, fin juin. Secouru et mis en sécurité chez les moines de l'abbaye de Lestelle-Bétharram, mais, ses espérances ruinées, se sachant toujours sur les listes noires des Nazis et privé, du fait de son engagement en Espagne, d'une possibilité de fuite par les Pyrénées, il se jette dans le Gave de Pau. Son corps est retrouvé le 7 juillet sur la commune de Boeil-Bézing (Pyrénées Atlantiques) où il est enterré et où, depuis décembre 2000, une rue du village porte son nom, à l'instigation de la Municipalité et de l'Association "Carl Einstein combattant de la liberté". Kahnweiler et Leiris avaient fait placer une stèle et rédigé ensemble le texte qui y figure: "A la mémoire de Carl Einstein/ Poète et Historien d'Art/ Combattant de la Liberté/ Né le 26 avril 1885 à Neuwied Allemagne/ Il se donna la mort le 5 juillet 1940/ Pour échapper/ à la persécution nazie."